Le mot du Maire

Je veux revenir brièvement sur un article du journal La Montagne du 7 avril 2022. Cette publication évoque un rapport de la Cour Régionale des Comptes (CRC) concernant notre commune depuis 2016 à 2021. Ce rapport a été  instruit par la CRC en parfaite concertation avec le maire et notre trésorerie. Tout au long de cette instruction j’ai échangé régulièrement avec le juge chargé de cette mission. Le point marquant de la conclusion de ce contrôle note la sincérité et la régularité des comptes de notre collectivité.

Ce rapport confidentiel pendant toute son instruction a pu être rendu public uniquement après avoir été mis en débat au dernier conseil municipal du 5 Avril 2022. Dès le 6 Avril j’étais contacté par le journaliste de la Montagne, auteur de l’article pour connaître mon avis et mon analyse sur ce rapport. Le conseil municipal regrette vivement le titre utilisé pour cet article, en aucun cas nous avons été « épinglé par la CRC ». Je sais bien que les médias ont besoin de titres et d’annonces spectaculaires afin de faire le buzz pour vendre. Ceci est acceptable à condition que ce
titre respecte la sincérité des faits. Effectivement en aucun moment nous n’avons été « épinglé. » Nous étions parfaitement conscients de notre situation financière et nous l’assumons. Par contre je regrette que ce même journaliste ait été moins complet et sincère sur la réponse que je lui ai donnée par rapport à mon avis et analyse de ce rapport.

Même si notre situation financière est complexe pour plusieurs raisons, vous pourrez lire dans ce bulletin, au travers de la note de synthèse du budget 2022 rédigée par Richard Landraud, que dans un contexte budgétaire contraint et rigoureux, celui-ci nous permet d’assumer notre fonctionnement et rendre le service public que nous vous devons tout en continuant à investir sur nos fonds propres.

Les contraintes budgétaires de nos collectivités ne sont pas forcément dues à une mauvaise gestion. Les baisses de dotations de l’état aux communes depuis plusieurs années et le désengagement de celui-ci a fortement dégradé les finances locales. Mais il y a eu aussi les différentes réformes fiscales, telle que celle de la taxe professionnelle en 2011 et plus récemment celle de la taxe d’habitation. Ces réformes ont dégradé notre autonomie financière nous privant de leviers pour équilibrer notre budget en limitant nos capacités d’autofinancement sans dégrader notre service public.

Un seul exemple, une de ces réformes a été à l’origine de la création du FNGIR ( Fond National de Garantie Intercommunal des Ressources) sorte de « pot commun » qui permettrai de garantir les ressources des communes suite à la réforme de la taxe professionnelle. Le système permet à des communes de percevoir chaque année des sommes non négligeables et d’autres y contribuent ! C’est le cas de Jugeals-Nazareth qui est contributrice à ce système. Depuis 2011 nous avons versé à l’état environ 38 000 € chaque année ( près de 500 000€ en 12 ans en moins dans les comptes de la commune.) Dans le même temps des communes voisines ont perçu, pour une d’entre elle environ 250 000€. Nous avons rencontré M le S/Préfet afin de comprendre ce mécanisme. Malgré la promesse d’une explication, à ce jour toujours rien !

Tout ceci ne doit pas nous dédouaner bien sur de notre rigueur, notamment sur nos dépenses de fonctionnement et bien sûr faire tout ce qui est en notre pouvoir pour faire rentrer des recettes et être offensifs sur toutes les demandes de subventions possibles !

 
Le Maire, Gérard Bagnol
 
                                                                                                                                              

Publié le